Test Nikon D7500

Test Nikon D7500

Le nouveau reflex Nikon D 7500 a un design analogue avec D 7200 avec son boitier assez compact et massif. Il propose également des prestations proches à cette dernière avec quelques améliorations. Ainsi, même s’il manque d’originalité au niveau de son style de construction, il se démarque avec son écran orientable et tactile et sa vidéo 4K. Voyons quelques détails de cette copie soignée.

Les caractéristiques de Nikon D 7500

Destiné beaucoup plus aux photographes experts les plus soucieux de la qualité de l’image qu’aux professionnels filmant des vidéos en 4K UHD en 30 fps/s, le hybride Nikon D 7500 se pose comme une alternative intéressante à ses autres parents. En effet, l’appareil affichant 640 g sans la carte et la batterie est moins cher que le D500. Son tarif de lancement au début de l’été tourne autour de 1549 euros.Le reflex est doté d’un viseur pentaprisme qui couvre entièrement à 100% le champ avec un grossissement de 0,94 fois. Le capteur APS-C CMOS de 20,9 mégapixels récupère celle du modèle D 500. Mais avec son processeur Expeed 5 et son capteur, il gagne en sensibilité notamment au niveau du traitement des ombres. On remarque cependant une baisse en définition de l’écran LCD (de 921 000 points seulement) comparé à D 7200 (1 228 000 points). Toutefois, il se rattrape sur son mécanisme orientable et son tactile. L’écran tactile peut en effet être incliné à 45° vers le bas et à 90° vers le haut avec un affichage au ratio 4/3 et en visée sur l’écran. La fluidité de la visée est assurée mais elle est tout de même moins précise que sur le modèle D 500. Sur Nikon D 7500, on retrouve également le système Snapbridge et un flash intégré pop-up qui permet le pilotage de flashes sans fil. L’appareil bénéficie aussi d’une bonne gestion de bruit électronique jusqu’à 6400 ISO.

Pour en revenir au design et à la prise en main, le dessus du boîtier a la même disposition que la gamme D 7200 mais avec quelques améliorations au niveau de la poignée. Ce qui offre une prise en mains plus confortable. Côté ergonomie, il a donc évolué mais le design de la face avant n’a pas été revu. En outre on déplore son châssis en fibre de carbone contre l’alliage de magnésium pour le D 7200.

Les connecteurs et la batterie

La connectique est complète excepté le second port de carte mémoire inexistante par manque de palce. La caméra embarque un port micro USB, une sortie HDMI, une prise télécommande, une prise casque et micro en mini jack. L’entrée USB type C permet de transférer rapidement les données mais aussi de recharger la batterie. Il y a également le flash intégré et une puce Wifi dont l’utilisation est encore peu limitée. Naturellement, le wifi, le bluetooth et le Snapbridge sont tous présents. Cette dernière fonctionnalité permet le géolocatisation et le pilotage à distance avec la connexion wi-Fi.

D7500-test

En résumé

Nikon D 7500 propose une qualité d’image excellente même en basse lumière avec une rafale à 8 ips mais en vidéo full HD elle est limitée à 60 ips. Elle pèche également sur l’inexistence de focus speaking et la lenteur de mise au point en live view .Bref, ses avantages pourraient disparaitre face aux hybrides plus perfectionnés avec plus de fonctionnalités.

 

Les commentaires sont clos.